Entrez votre mot-clé

« LA PERFORMANCE ECLAIR » d’Eric BARONE

« LA PERFORMANCE ECLAIR » d’Eric BARONE

« LA PERFORMANCE ECLAIR » d’Eric BARONE

1ère mondiale : « LA PERFORMANCE ECLAIR » d’Eric BARONE

Le BARON ROUGE plus rapide que les étoiles filantes !

Les 23 & 24 janvier 2016 à Vars (Hautes Alpes)

Après avoir établi à nouveau son record du Monde à une vitesse de 223,30 Km/h, le 28 mars 2015, sur l’impressionnante piste de Chabrières à Vars, Eric BARONE s’installe pour la 3ème année consécutive sur cette piste mythique, pour un projet artistique avec une descente de nuit, à la pleine lune !

Il souhaite partager son expérience d’une toute autre manière en développant l’aspect visuel que peut offrir sa discipline ; une nouvelle façon pour lui de s’exprimer et révéler la poésie de cette prouesse technique.

Eric BARONE souhaite sublimer le paysage de montagne en réalisant un tableau qui prendra vie sur le site en osmose avec la luminosité de la lune !

Un exploit sportif 
Une prouesse humaine où l’homme devra puiser dans de nouveaux repères sensoriels.

Dans des conditions identiques à celles d’un record du monde, l’objectif d’Eric BARONE cette année est bien de réaliser une performance artistique et une première mondiale : descendre la Piste de Chabrières de Vars sur son VTT Freeride (Hautes Alpes) de nuit un soir de pleine lune.

Une création artistique

Afin de mener à bien la « PERFORMANCE ECLAIR », Eric BARONE a fait appel à des artistes impliqués sur la scénarisation globale de l’oeuvre. Nous sommes bien dans une performance artistique doublée d’une performance humaine par un engagement où la perte de repères sensoriels est une réalité tangible.

L’éclair se révélera au fur et à mesure que sa vitesse augmentera … ce qui donnera un effet spectaculaire avec la vitesse !

La lumière comme expérience de la vitesse

Le sportif est celui qui fonde le projet initial mais c’est le travail de rassemblement de tout un tas
d’éléments rentrant en symbiose qui crée une telle performance.
L’énergie de ce projet est directement induite par les forces présentes: le dénivelé, la puissance des monts, le froid, la beauté dégagée sont des ingrédients acteurs de la création.
Il est aussi important de voir l’homme derrière le sportif. Le sportif nait de la rencontre avec son outil, ici un vélo. Nous appellerons «objet éclair» le rassemblement de l’homme et de sa machine, pour le percevoir comme un tout.
Sans mettre l’homme au centre, comme une façon de placer les choses à leur juste valeur, «l’objet éclair», n’existera en lumière seulement lorsqu’il sera confronté à la vitesse.
L’environnement lui, préexistant, sera mis en lumière, il sera, non pas éclairé mais souligné.
Il est question d’un échange entre homme-machine et homme-nature. Dans une logique mécanique, la vitesse offre la lumière, une possibilité pour le spectateur de percevoir la pente et d’appréhender son expérience.
Le sportif propose un nouveau regard et nous invite dans l’expérience, tandis que la montagne la tolère et la porte.
Cette année, pour une première mondiale, Eric Barone a le désir de descendre de nuit, un soir de pleine lune. La mise en cécité presque totale permet au sportif l’intégralité de ces sens grandis, pour de nouvelles sensations, la nuit apparait comme une renaissance.
C’est à nous, artistes, de développer aux abords de ce désir, afin d’apporter sensibilité à cette performance. Le noir nous permet la mise en lumière d’éléments dominants. Ce sera un jeu d’ombre, comme un tableau en clair obscur qui nous permet de raconter ces fulgurantes secondes.
La promesse d’un spectacle à couper le souffle : un homme passionné sur une piste unique au monde. Ne manquez pas ce RDV les 23 & 24 janvier 2016 !